ACTUALITES

Quelle est l'efficacité de la production de neige de culture ?

La rédaction | 2 juin 2017 |

D.R
Pour répondre à cette question, le Centre d'études de la neige et Irstea Grenoble ont mené l'enquête.

L’usage de la neige de culture est en augmentation dans la plupart des stations de ski françaises. Toutefois, cette méthode de préparation des pistes est parfois sujette à controverses et l’ampleur de ses enjeux motive la réalisation de travaux de recherche sur le sujet. Une nouvelle étude menée par le Centre d’études de la neige (CEN1, Météo-France/CNRS) et Irstea Grenoble2 s’est attachée à quantifier précisément l’efficacité de la production de neige de culture actuelle. Sans juger de l’intérêt de la neige de culture pour le fonctionnement des domaines skiables dans des conditions climatiques variables, ces résultats sont susceptibles de stimuler l’amélioration de recommandations techniques pour l’implantation et l’usage des enneigeurs, voire des évolutions technologiques de production de neige. Ils sont publiés dans la revue The Cryosphere3 datée du 7 avril 2017.

Objectif : optimiser la production

La production de neige de culture repose sur la congélation de micro-gouttes d’eau pulvérisées par un dispositif dénommé enneigeur. Les industriels constructeurs d'enneigeurs ainsi que les premières études scientifiques ont estimé que ce processus s’accompagnait d’une déperdition d’eau de l’ordre de 10 %. Toutefois, les campagnes d’observation organisées par le CEN et Irstea dans des stations de sports d’hiver alpines pendant la saison 2014-2015 ont montré4 que la masse de neige de culture retrouvée sur une piste équipée d’enneigeurs pouvait être dans les faits bien inférieure à celle attendue en théorie. Afin de vérifier et de préciser ce constat, une série de mesures spécifiques a été menée pendant la saison 2015-2016 dans la station des Deux Alpes (Isère), notamment grâce à l’utilisation originale des outils de mesure glaciologique5 ainsi que d’un scanner laser.

 Les résultats, publiés le 7 avril 2017 dans The Cryosphere, confirment qu’une quantité significative d’eau utilisée pour la production n’est pas retrouvée sous forme de neige sur la piste, selon des proportions dépendant des conditions de production : topographie des lieux (pentes en bord de piste, végétation), emplacement des enneigeurs ou encore conditions météorologiques (température et vent).

 La quantité non retrouvée sur la piste, hormis la fraction incompressible de l’ordre de 10 % liée au processus de production, est susceptible d’être déposée hors des limites des pistes soit du fait de la puissance du jet, soit sous l’effet du vent ou de la topographie locale. Cette proportion varie d’une session de production à l’autre, en fonction des conditions météorologiques, et est fortement susceptible de varier en fonction des caractéristiques locales.

 De telles études sont d’autant plus pertinentes pour les acteurs socio-économiques concernés (notamment gestionnaires de stations et fabricants de matériel) que les coûts énergétiques et environnementaux de production de la neige de culture requièrent d’œuvrer autant que possible à minimiser ces pertes. Elles sont également indispensables pour analyser quantitativement les quantités d’eau et d’énergie à mobiliser pour produire la quantité de neige correspondant aux objectifs stratégiques d’exploitation.

Le CEN, les équipes Irstea impliquées et l’IGE sont des laboratoires ou équipes associées de l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Grenoble (OSUG).

 

Source : Communiqué de presse Irstea



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • UN PROSÉLYTISME SANS FRONTIÈRE

    ATMOSPHÈRE PARIS 2018 Témoignages et études de cas ont émaillé cette première conférence ATMOsphère en France. Sans aucun doute pour les organisateurs, l’avenir sera tout « naturel ».

    24 août 2018

  • MAIS D’OÙ VIENNENT-ILS ?

    PRODUCTION Les fluides frigorigènes dits naturels se partagent entre les inorganiques : principalement ammoniac (R 717) ou dioxyde de carbone (CO2 ou R 744) et organiques, principalement les hydrocarbures. Petit tour d’horizon de leur mode de ...

    24 août 2018

  • DES PATINOIRES OPTIMISÉES POUR LE CO2

    RÉALISATIONS- Le CO2 est de plus en plus plébiscité par les exploitants de patinoires. Exemples avec deux futures réalisations à Dunkerque (59) et Louviers (27) signées MCI.

    24 août 2018

Dossiers de la rédaction
  • Publi-communiqué SIFA
    4 juillet 2018
    Lyon, berceau historique du froid accueillera pour la 1ère fois le salon SIFA, unique événement 100% dédié au froid. Après Nantes et Paris, le grand rendez-vous des acteurs de la réfrigération se déroulera à la Cité des congrès de Lyon du 28 au 29 novembre 2018. F-GAS, ...

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...