Entreprises et marchés

En Espagne, 1 kilo de R 404A est désormais taxé 75,68 euros

Pierre Le Mercier | 10 février 2017 |

En Espagne, les supermarchés notamment doivent s'adapter à la nouvelle donne sur les fluides frigorigènes. Photo : D.R
Depuis le 1er janvier 2017, la fiscalité sur les fluides frigorigènes, est appliquée dans son intégralité en Espagne. Les fluides à fort GWP sont plus que jamais visés...

La taxe sur les fluides frigorigènes, crainte pendant un temps en France, notamment par la GMS, est aujourd’hui appliquée en Espagne. Mercedes Cerquera, managing director de Climalife répond à nos questions.

 

Comment la taxe sur les fluides frigorigènes a-t-elle été fixée ? Quels fluides sont concernés ?

En préambule, il faut savoir que le marché espagnol des fluides frigorigènes est assez proche du marché français tant en terme de quantités, que de marché et d’application. Le calcul de la taxe est basé sur le GWP où chaque point de GWP est valorisé à 0,02 euro capé (limité) à 100 euros. Cette taxe s’applique à tous les GES (Gaz à effet de serre dont le GWP est supérieur à 150). Elle a été mise en place en trois tiers 33/33/33. Actuellement, et ce depuis le 1er janvier 2017, nous appliquons 100% de la taxe prévue.

Depuis sa mise en place, quel constat pouvez-vous faire ?

Depuis sa mise en place le 1er janvier 2014, la taxe a bouleversé le marché. Actuellement la taxe applicable à 1kg de R 404A s’élève à 75.68 euros. Nous devons facturer cette taxe à tout acheteur de GES n’ayant pas de CAF (dérogation destinée aux installations neuves et constructeurs de matériel). La mise en place en Espagne de cette taxe a néanmoins accéléré la recherche de solutions de substitution des fluides à fort GWP. Dans le même temps nous constatons que les quantités déclarées apparaissent beaucoup plus faibles depuis la mise en place de la taxe ce qui interroge sur l’efficacité d’un tel impôt… Quant aux ventes par Internet, il est clair que les services du ministère de tutelle vont contrôler les acteurs identifiés présents sur le territoire espagnol. Internet permettant de vendre en Espagne depuis un autre pays, dans ce cas, c’est à l’acheteur espagnol de s’acquitter de la taxe.

Cette taxe existe dans d’autres pays européens (Danemark, Autriche…) sans qu’on en entende parler spécialement. Pourquoi ?  

Il est très difficile de répondre à cette question car chaque pays possède un tissu industriel différent, pour l’Espagne le niveau de la taxe apparait trop élevé. L’expérience du groupe Dehon en matière de substitution montre qu’il faut du temps pour accompagner les acteurs d’un marché en pleine mutation. À ce titre, nous pouvons dire que l’Espagne devient le laboratoire européen de la substitution.

En tant que distributeur comment accompagnez-vous vos clients ?

Notre métier a changé nous devons intégrer l’impact de cette taxe dans nos modèles de calcul en plus de l’empreinte carbone de l’installation et l’efficacité énergétique.  Nous devenons des intégrateurs de solutions thermodynamiques.  

 

Retrouvez cette interview dans le numéro de Janvier /Février de la Rpf spécial Avant-première Euroshop à paraître la semaine prochaine.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction

Produits et Services

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...