ACTUALITES

La chaîne logistique du froid opposée à toute taxe sur les HFC

La rédaction | 27 juillet 2017 |

Photo : Usnef.
Les membres de la chaîne logistique du froid ont, sur la base d’arguments détaillés, adressé un message clair au ministère de la Transition écologique et solidaire.

Dans un communiqué relayant le message envoyé au Directeur Général de la Prévention des Risques du ministère de la Transition écologique et solidaire, la chaîne logistique du froid précise tout d’abord que les exploitants d’entrepôts frigorifiques, adhérents de l’Usnef, les transporteurs de denrées périssables, regroupés à l’UNTF et les experts techniques, utilisateurs et fabricants de matériels, qui œuvrent chez Transfrigoroute France sur la chaîne du froid embarqué, sont favorables à la suppression progressive des gaz à effet de serre. Ils s’opposent cependant unanimement « à tout projet de taxe qui n’aurait pour seule conséquence que l’affaiblissement des entreprises. »

La chaîne logistique du froid rappelle ensuite que les entrepôts et les plateformes logistiques ont été soumis à un premier choc écologique lorsque les fluides frigorigènes ayant un impact sur la couche d’ozone ont été interdits dans les années 2010-2015. Le cadre réglementaire français sur le recours à l’ammoniac les a souvent contraints à choisir le HFC R 404A ou le HFC R537, selon la température des installations, et les installations ainsi converties ont une durée d’amortissement de 20 à 25 ans. Les entreprises n’ont pas la capacité financière d’investir à nouveau et lourdement, en anticipant de plus de 10 ans leurs amortissements.

 

Question d’alternative

Le message se poursuit en évoquant les transporteurs, pour qui la situation est d’autant plus critique qu’il n’existe à ce jour aucune alternative commercialement ou industriellement disponible à la compression mécanique du R 404A pour faire fonctionner les groupes frigorifiques qui équipent les quelque 140 000 engins frigorifiques qui circulent en France. Déjà lourdement concurrencés par leurs confrères des autres États membres de l’Union européenne, les transporteurs français subiront de plein fouet une taxe sur un gaz qui n’a pas d’alternative et dont ils sont totalement tributaires.

Le déploiement d’une taxe sur les HFC est d’autant plus infondé que la réglementation européenne (CE 517/2014 dit Fgaz 2) prévoit dès le 1er janvier 2018 une forte réduction (- 37 %) de l’impact environnemental des gaz mis sur le marché, première étape d’un dispositif de phase down qui s’échelonne jusqu’en 2030 où seulement 21 % de l’impact environnemental de la période 2010-2012 sera alors acceptable.

Par ailleurs, l’intention, très médiatisée, de certains acteurs de se retirer de ce marché, pèse lourdement sur la disponibilité et surtout le prix des substances. Depuis le 1er janvier 2017, le coût du R 404A a subi une hausse de 300 %.

 

Une exception française…

Quelle contribution supplémentaire à la transition écologique le ministère espère-t-il obtenir en déployant une taxe qui ne fera que grever la capacité des entreprises à investir dans de nouvelles technologies, quand elles existent, et à fragiliser les entreprises françaises face à leurs concurrents européens qui, sauf exception, ne seront pas assujettis à une taxe ? Les professionnels du transport et de la logistique sous température dirigée ont une lourde responsabilité en matière de préservation de la chaîne du froid et de la sécurité sanitaire des denrées qui leur sont confiées. Ils doivent pouvoir assurer la maintenance de leurs équipements, fixes et mobiles. La raréfaction des substances et l’envolée de leurs coûts contribuent déjà à inciter le recours à des alternatives moins nocives pour l’environnement. Une taxe ne fera que peser sur les comptes d’exploitation, déjà fragilisés, conclut le communiqué.

 

 



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • PUBLI-COMMUNIQUE

    SIFA : 3 jours à la rencontre d’experts techniques

    Auprès des exposants, en salle d’ateliers ou encore lors de démonstrations sur bancs pédagogiques : le Sifa apporte les solutions techniques pour répondre aux problématiques quotidiennes des installateurs.

    5 juillet 2017

  • Publicommuniqué INFOPRO

    Le Sifa dévoile ses thèmes de conférences

    A travers plus de 30 conférences et ateliers, le programme du SIFA est une nouvelle fois placé sous le signe d’une actualité dense. L’approche environnementale, règlementaire et économique reste le fondement de tous les débats.

    7 juin 2017

  • Filière

    Une nouvelle convention pour la récupération des fluides

    Depuis 1993, une convention régit en France la récupération des fluides frigorigènes. Après avoir prouvé toute son efficacité, ce concept d’économie circulaire avant l’heure nécessitait une refonte complète, à la lumière notamment des dernières ...

    1 mars 2017

Dossiers de la rédaction
  • Publi-communiqué
    17 mai 2017
    Avec près de 4 000 participants en deux éditions, le SIFA s'est rapidemment imposé comme LE lieu d’échanges pour tous les métiers de la filière. Pour cette nouvelle édition, le salon de référence du froid vous donne rendez-vous du 3 au 5 octobre aux Docks de Paris.
  • 1 février 2017
    Franc succès une nouvelle fois pour le salon de Nuremberg où les nouveautés des exposants et les orientations du marché dessinent ce que seront les installations de demain.
  • 1 décembre 2016
    CO2 / NH3 / HC, le retour de ces solutions éprouvées s'accompagne de recherches et de procédés pour développer davantage leur emploi.
  • 1 décembre 2015
  • 1 novembre 2015

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...