ACTUALITES

Colloque AFCE : En marche pour le changement mais pas n’importe comment...

Pierre LE MERCIER | 19 mai 2017 |

LE XVe colloque AFCE s'est tenu à Paris le 16 mai 2017. Photo : La Rpf
Exit donc les fluides à fort PRP… Si pour tous les intervenants il y a bien urgence, leur remplacement ne doit cependant pas se faire au détriment de l’efficacité énergétique. Et dans le respect de la sécurité des équipements et des personnes.

La feuille de route pour encadrer les HFC n’a jamais été aussi précise. Au niveau européen d’abord avec la F-Gas révisée en place depuis le 1er janvier 2015. Et au niveau international ensuite depuis les accords de Kigali en octobre 2016 qui va s’instaurer, selon un calendrier échelonné fonction du niveau économique des 197 pays qui l’ont signé. C’est sur cette présentation préliminaire de Mark Tuddenham du Citepa que s’est ouverte le XVe colloque de l’AFCE le 16 mai à Paris.  

Il faut anticiper

Les échéances européennes ont beau être connues, elles semblent pourtant d’ores et déjà difficiles à tenir, explique Andrea Voigt, directrice générale de l’Epee, organisme qui a mis en place son instrument de mesure baptisé Gapomètre. D’abord parce que, contrairement à la France, beaucoup des pays de l’Union ont encore des efforts à faire pour bien cadrer les règles édictées par la F-Gas mais surtout du fait des quotas qu’elle instaure. Ceux-là mêmes qui imposent inéluctablement de moins recourir aux fluides à fort GWP. Selon les sondages effectués par l’Epee, les retards les plus importants par rapport aux prévisions de retrait de ces fluides concernent la grande distribution alimentaire où la moitié seulement, soit 8 %, des hypers et supers qui auraient déjà dû être convertis en 2016 l’ont vraiment été… Pour accélérer le processus, les pays doivent rendre compatible leur réglementation sur les bâtiments avec la F-Gas, souligne Andrea Voigt. Un appel qui semble entendu par l’Administration française si l’on en croit les propos des représentants du ministère de l’Ecologie. L’arrivée de nouveaux fluides (HFO) à bas GWP semble en tout cas s’amorcer si l’on se réfère aux déclarations qui sont compilées par Syderep, alors même que ces fluides ne sont pas encore concernés par cet inventaire dont le périmètre est cependant susceptible d’évoluer. Le nouveau ministre de l’Ecologie pourrait en décider. De sa signature, devrait aussi dépendre la parution de la nouvelle convention sur la récupération des fluides frigorigènes présentée ici par Laurent Guégan président de l’ADC3R. Le confinement des fluides étant un autre impératif pour parvenir aux exigences de la F-Gas, il y a tout lieu de se plonger à nouveau sur la dernière étude AFCE portant sur les méthodes de détection de fuites disponibles.

Mais si les règles édictées par la F-Gas sont bien en place, le plus difficile aujourd’hui semble de savoir quel fluide choisir parmi un panel de produits encore très large. On se réjouira d’apprendre que d’ici peu l’Asercom, qui représente les constructeurs de compresseurs au niveau européen, va faire connaitre sa sélection de 4 à 5 fluides équivalents au R 404A et les 3 pour le R 134a. Mais pour Paul de Larminat de chez Johnson Controls, au-delà du seul GWP des fluides dont il est difficile de dire au nom de quoi il est très bas ou très haut, il convient surtout de regarder l’application concernée, la performance de l’installation (Tewi) et l’acceptation ou non de l’inflammabilité tout cela dans un contexte économique déterminé… Et ceci aussi à l’heure de la toute récente parution de la norme NF EN 378 actualisée qui change encore la donne. Pour mieux s’y retrouver, un guide d’application de celle-ci va très prochainement sortir sous l’égide d’Uniclima. Il s’articulera autour d’une analyse de risques comme l’a présentée Benoit Duchazeaubeneix du Cetim. De risque il a été aussi beaucoup question lors de la présentation d’Amboise Baron. Le dirigeant associé d’Assurfroid a en effet souligné que l’arrivée des nouveaux fluides tout comme les changements introduits dans les installations pouvaient avoir des conséquences économiques, sanitaires, humanitaires considérables vis-à-vis desquelles il fallait absolument bien se garantir. Le tout impliquant avant tout en amont une formation optimisée du personnel. Un avis partagé par tous les intervenants.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

3 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • RÉALISATION

    Des HFO mûrs pour refroidir les fruits

    [FILIÈRE ARBORICOLE] Les HFO sont aujourd’hui opérationnels dans les installations. Une nouvelle preuve avec du R 1234ze et du R 455A d’Honeywell, distribués par Climalife et mis en service dans la filière arboricole par Benoît Duparc, dirigeant ...

    15 janvier 2018

  • RPF TECHNIQUE - RÉALISATION

    Tesco adopte le R 448 A à grande échelle

    Le fluide frigorigène R 448A Solstice N40 de Honeywell a été adopté par la chaîne de distribution Tesco dans le cadre de son plan de réduction des émissions de CO2.

    24 novembre 2017

  • RPF TECHNIQUE - DOSSIER - FROID COMMERCIAL

    Un nouveau système cascade R 448A/C02 installé à l’Hyper U de Romans-sur-Isère

    Le R 448A de Climalife a été choisi pour le froid positif de la nouvelle installation de cet hypermarché drômois.

    13 octobre 2017

Dossiers de la rédaction

Sélections thématiques

  • 18 septembre 2012

    Les nominés aux Grands Prix du Froid

    Sur les 33 innovations présentées, 17 ont été retenues par le Jury d'experts des Grands Prix du Froid. C'est désormais à vous, acteur du froid, d'élire les produits et les installations les plus innovantes. La Rpf, co-organisatrice de ...